Captures d’écran

Description

L’exposition PICASSO Au cœur des ténèbres se déploie en 16 salles. Comprenant plus de 130 œuvres et une soixantaine de documents d’archives, elle retrace la vie et l’œuvre de Picasso de son exil à Royan en 1939 à son installation dans l’atelier des Grands-Augustins de 1940 à 1945. La guerre n’amoindrit pas la créativité de Picasso qui inlassablement peint la guerre sans jamais la représenter littéralement. L’exposition offre une véritable plongée au cœur de ces années d’Occupation (amitiés, collaborations littéraires, événements historiques), qui sont pour l’artiste tant une période d’exil intérieur qu’un laboratoire de formes nouvelles.

Ainsi, des quelques mois qui précèdent la déclaration de la guerre, le 3 septembre 1939, à ceux qui suivent la victoire du 8 mai 1945, l’exposition retrace, mois après mois, l’activité de l’homme et de l’artiste durant ces années douloureuses. La violence du monde se traduit alors dans son œuvre par un style âpre aux déformations féroces, mais la puissance de vie de la création alimente pourtant un espoir que concrétise L’Homme au mouton, symbole de résistance artistique face à l’occupant.

Le parcours chronologique conduit de l’année passée à Royan, qui correspond à l’épisode de la ‘‘drôle de guerre’’, à l’établissement à Paris pendant l’occupation, dans l’atelier de la rue des Grands-Augustins, s’attachant aux jalons artistiques marquants de cette période dont les deux sommets sont sans aucun doute L’Aubade (1942) et L’Homme au mouton (1944). Durant ces années, fidèle à son obsession pour la figure féminine, Dora Maar en étant encore pour quelque temps l’incarnation principale, Picasso ne cesse de revenir aux thèmes du portrait et du nu, sous les formes les plus diverses, avec des sujets tels que la femme au chapeau, la femme assise dans un fauteuil, ou encore la femme qui se coiffe. La nature morte est un autre de ses motifs de prédilection et apparaît le plus souvent comme une allégorie de l’indigence, en ces temps où la nourriture est rare et rationnée.

Enfin, de manière plus explicite, à travers la représentation de crânes d’animaux mais aussi de têtes de mort, Picasso traduit, avec un authentique sens du tragique qui n’est pas sans rappeler ses racines espagnoles, le drame de ces années obscures et d’une sourde violence.

De fait, durant ces années de guerre, si Picasso n’a jamais pris part à la résistance, ni traduit – à l’exception de Guernica – les drames qui se jouent autour de lui, par sa persistance à poursuivre son oeuvre, sans transiger jamais – alors qu’il est classé « artiste dégénéré » par les nazis et qu’il est en butte aux attaques de certains artistes collaborateurs – affirme une forme de résistance humaniste face à l’oppresseur et, au cœur des ténèbres, divulgue par son art pétri d’une énergie vitale inextinguible un message d’espoir.

Informations

Vendeur
Orpheo USA
Taille
134.8 Mo
Catégorie
Entertainment
Compatibilité

Nécessite iOS 9.0 ou une version ultérieure. Compatible avec l’iPhone, l’iPad et l’iPod touch.

Langues

Français, Allemand, Anglais, Espagnol, Italien

Âge
12+
Scènes rares / légères de violence réaliste
Scènes rares / légères de violence (animation ou fantastique)
Copyright
Prix
$0.99

Prend en charge

  • Partage familial

    Jusqu’à six membres de la famille peuvent utiliser cette app lorsque le partage familial est activé.

Du même développeur

Vous aimerez peut-être aussi